Installer un treillage dans son jardin

Le treillage est un élément de jardin qui couvre diverses fonctions : y faire grimper une plante, dissimuler un mur peu esthétique, servir de séparation ou encore constituer un brise-vue. Peu attrayant à l’origine, le treillis est devenu un véritable objet décoratif dans les jardins ou sur les balcons.

Voici comment choisir et installer un treillis mural.

Choisir son treillis

Le treillis est un panneau rigide, bordé ou non d’un cadre, constitué de fines lames croisées. Ces dernières forment un maillage en carrés ou en losanges. On l’utilise principalement comme support pour plantes verticales, mais aussi pour l’aménagement extérieur : camoufler un mur un peu défraîchi, délimiter joliment une terrasse, végétaliser une pergola, clôturer le jardin…

Les formes

Outre le modèle classique à fixer au mur, on retrouve aussi :
• Le treillis avec jardinière : il comporte un bac à plantes intégré, parfait pour créer un véritable petit jardin sur les balcons ou les terrasses. Certains modèles sont sur roulettes pour être déplacés plus facilement, ou sont équipés d’une réserve d’eau.
• Le treillis extensible : déployable à la longueur voulue, il est idéal pour les décorations florales de balcons.
• Le treillis en arche : très décoratif, il se place en bout d’allée
• Le treillis en éventail : idéal pour les végétaux qui ont tendance à s’élargir vers le haut, comme les rosiers.

Le marché propose une multitude de formes et de motifs : croisillons horizontaux ou verticaux, maille oblique, droite, rectangulaire…

La taille des mailles a également son importance, notamment pour l’aspect décoratif. Elle peut varier de 1 jusqu’à 15 cm. Les grandes mailles (entre 8 et 15 cm) sont plus grossières, mais sont idéales pour recouvrir les pergolas. La petite maille donne un aspect plus raffiné, est s’accommode parfaitement aux terrasses, balcons ou jardins urbains.

L’essentiel est de choisir votre treillis en fonction du développement de votre plante !

Les matériaux

Le choix du matériau du treillis déterminera notamment sa robustesse contre les intempéries et sa durabilité. Il en existe 5 :

• Le treillis en bois naturel : traité autoclave ou non, il possède une durée de vie relativement limitée. Certains modèles sont proposés en bois exotique. Les modèles les moins chers sont composés de lattes en bois agrafées.
• Le treillis en osier : léger et peu coûteux, l’osier ne dure que 2 ou 3 ans. Il s’agit d’une solution temporaire pour aider une jeune plante à prendre de la hauteur.
• Le treillis en bambou : imputrescible, le bambou ne demande pas d’entretien. Toutefois, il est peu adapté à une végétation lourde.
• Le treillis en plastique ou résine : imputrescibles, légers et sans entretien. Certains modèles sont traités anti-UV.
• Le treillis en métal : ils sont généralement fabriqués en fer ou en aluminium, et revêtus avec de la peinture époxy.

Les treillis en bois peuvent conserver leur couleur naturelle, ou être peints selon les envies. Ceux en matériau synthétique sont teintés dans de nombreux coloris.

Installer son treillis

Conseils de pose

Pensez à laisser entre 3 et 5 cm entre le treillage et le mur : les rameaux s’enrouleront bien plus facilement autour des mailles. Cet espace permettra également de faire circuler l’air, et d’éviter la stagnation de l’humidité.

Utilisez un niveau à bulles pour vous assurer que le panneau est bien vertical.

Si vous ne souhaitez pas percer le treillis, vous pouvez visser des pitons en L sur le mur, en haut et en bas du treillage. Vous pourrez ainsi le décrocher plus facilement pour le nettoyer.

Les étapes d’installation

Pour fixer votre treillis contre un mur, vous aurez besoin :
• De vis longues,
• De chevilles,
• D’une perceuse-visseuse,
• D’un foret à béton.

1. Reportez les dimensions de votre treillis à l’aide d’un mètre et d’un niveau. Si vous ne souhaitez pas percer directement votre mur, vous pouvez fixer votre treillis sur une entretoise.

2. Marquez les emplacements avec des repères. Placez les points de fixation supérieurs et inférieurs au niveau de la deuxième rangée d’intersection.

3. Percez les trous aux emplacements marqués avec un foret à béton.

4. Insérez des chevilles adaptées à la nature du mur dans les trous. Vous pouvez vous aider avec un marteau.

5. Mettez en place le treillage et vissez, sans oublier de laisser une lame d’air entre l’objet et le mur. La majorité des treillages sont vendus avec des cales adaptées. Si toutefois le kit de fixation ne permet pas de laisser suffisamment d’espace entre le treillis et le mur, vous pouvez intercaler une cale de bois, qui sera percée par la vis avant de se visser dans la cheville.

Il ne vous reste plus qu’à installer votre grimpante ! Placez un pot en plastique préalablement percé au pied du treillage, remplissez-le de pouzzolane ou de billes drainantes, puis de terreau. Plongez votre motte dans l’eau, puis décompactez-la à l’aide d’une griffe. Positionnez les plantes légèrement inclinées en direction du support, puis complétez de terreau.

Selon l’espèce, il faudra peut-être palisser la plante, en attachant ses rameaux à l’aide de liens en plastique. Vous pouvez pallier la surface afin de limiter les arrosages.

Vous êtes bricoleur ? Vous pouvez aussi fabriquer vous-même votre treillage en clouant quelques branches d’un bois solide, des tasseaux ou des lattes que vous aurez achetés ou récupérés.

Conseils et astuces pour aménagement des espaces verts